Marie P/Inès H/Vanessa B/Anne-Célia T

(actualisé le ) par A. Beillard et S. Dufraisse, publié par H. MERLIN

Ce film réalisé après-guerre raconte l’histoire d’Edmund, un jeune garçon allemand qui vit avec sa famille dans de terribles conditions au lendemain de la guerre.
Ce film comporte certains aspects positifs tels que sa forme qui est une sorte de récit qui se veut réaliste. Il nous montre les conditions de vie d’une famille allemande après la défaite du pays lors de la Seconde Guerre mondiale. Cependant, ce film comporte certains aspects négatifs comme le manque de moyens et la durée du film trop courte pour représenter la réalité telle qu’elle.
Au début du film, le réalisateur a choisi par le biais d’une narration d’exprimer le fait qu’il ne prenait pas partie dans le film, mais que c’était à nous de nous forger notre propre opinion. En ce qui concerne la construction du film en lui-même, nous pouvons constater trois parties qui représentent la déchéance de la vie d’Edmund. La première partie du film décrit les différents personnages ; la seconde partie décrit les multiples péripéties auxquelles sont confrontés les personnages. Pour finir, la dernière partie nous montre les conséquences désastreuses de ces péripéties.
Concernant le rapport image/son, nous remarquons l’apparition d’une musique classique dramatique qui surgit au moment important du film et un certain décalage entre l’audio du visuel. Ce contraste a pour but d’accentuer les moments tragiques du film. On note beaucoup de plans larges sur le paysage et Edmund dans le but de se focaliser sur le paysage « lunaire » et « dévasté » et presque « désertique ».
Le film a été réalisé pour susciter la pitié suite au sentiment de rancœur éprouvé par les pays européens envers l’Allemagne. Ici, nous retrouvons la misère économique, le travail et la prostitution des enfants. Le réalisateur a voulu monter que les citoyens allemands souffrent aussi de la guerre.