Critique du Manifeste du Parti Communiste

par A. Beillard et S. Dufraisse, publié par M. HERY

Critique du Manifeste du Parti CommunisteJPEG - 17.3 ko

Le Manifeste du Parti Communiste a été écrit il y a environ 150 ans par Karl Marx et Engels et pourtant il y a encore certaines choses qui sont vraies de nos jours.

L’idée principale qui sous entend la théorie de Marx et Engels est celle de la lutte des classes. A leur époque, la lutte des classes est à son maximum. L’ancienne organisation féodale qui n’était plus adaptée au développement de l’industrie a été balayé par la bourgeoisie, les capitalistes, et la société est divisée en deux camps ennemis : la bourgeoisie et le prolétariat. Selon les auteurs, la bourgeoisie est l’origine de sa propre destruction. La surproduction et la diminution de la valeur du travail impliquent la croissance de la masse de prolétaires. Ceux-ci s’organisent et se préparent à la lutte qui conduira à la destruction de la bourgeoisie.

Le but du communisme est le renversement de la bourgeoisie et la conquête du pouvoir politique par le prolétariat. Il faut d’abord que le prolétariat soit une classe dominante afin de détruire l’ancien régime de production et par ce fait supprimer l’antagonisme entre les classes. Cela permettra de faire disparaître totalement la notion de classe, ce qui est le but. L’autre principe fondamental est la suppression de la propriété privée dans le capitalisme, le travail de l’ouvrier ne sert qu’à augmenter la valeur du capital qui, lui, l’asservit. L’appropriation du capital est basé sur l’exploitation d’une classe par une autre. Il faut donc supprimer la propriété privée mais également abolir les anciennes traditions de la bourgeoisie.

Le livre se termine par cette phrase célèbre : « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! ».

Les deux concepts énoncés devraient être entendus par le peuple de nos jours pour abolir les inégalités entre nos différentes classes sociales. A l’époque de sa parution, l’ouvrage n’a qu’une audience restreinte mais le succès qu’il a eu montre bien qu’une partie des peuples - puisqu’il a été traduit dans plusieurs pays - ont bien compris qu’il y avait un certains nombres de vérités dans ce livre.
Salomé D.
Maïssa K.