Hausmanisation de Paris au XIXe siècle

par A. Beillard et S. Dufraisse, publié par M. HERY

Hausmanisation de Paris au XIXe siècle

La ville de Paris est en grande partie celle d’Haussman : voies ordonnées et longues perspectives, immeubles alignés aux silhouttes unifiées. Le célèbre prefet de Napoléon III est resté le symbole de la modernisation de la capitale, à laquelle il a donné une formidable impulsion. Mais l’haussmannisation de la ville avait commencé bien avant son règne.
Georges Eugène Haussmann, était le préfet de la Seine du 23 juin 1853 au 5 janvier 1870. À ce titre, il a dirigé les transformations de Paris sous le Second Empire en approfondissant le vaste plan de rénovation établi par la commission Siméon qui vise à poursuivre les travaux engagés par ses prédécesseurs à la préfecture de la Seine Rambuteau et Berger.
Les travaux haussmanniens constituent une modernisation d’ensemble de la capitale française. Le Paris d’Haussmann est à la fois l’aboutissement des projets du siècle précédent et la concrétistion de la vison urbaine de Napoléon III. En une petite vingtaine d’années, le baron Haussmann réussit à changer le visage de la capitale, suivant le plan que lui a présenté l’empereur, mais aussi selon des principes de circulation, d’ordonnance et de monumentalisation déjà en création au XVIIIe siècle.
Ce projet a abouti en raison de plusieurs facteurs. La population juge la capitale de plus en plus étouffante. Les lotissements résidentiels faits de construction basses, discontinues et agrémentées de plantations deviennent la règle de la périphérie. Paris est saturée par la multiplication des établissements industriels comme par la surpopulation ouvrière la ville ancienne court à sa perte. Le but est d’aérer la ville en créant des boulevards, des grandes avenues en dégagent les quais afin de faciliter la circulation. L’hausmannisation avait également un but politique, c’est-à-dire le contrôle des manifestions ouvrières, standardiser et moderniser la capitale française.
L’originalité de l’œuvre du préfet Haussmann, tient en trois points : l’importance accordée aux équipements collectifs, la création d’une ville bourgeoise, l’édification d’un ensemble urbanistique cohérent. Les tableaux et photographies de l’époque reflètent souvent ces deux derniers aspects. L’ouverture de grandes artères comme par exemple le boulevard de Strasbourg, le boulevard de Sébastopol ou encore la rue de Rennes et l’agrandissement d’autres voies comme la rue de Rivoli et la rue Saint-Antoine constituent dans l’esprit d’Haussmann les moyens de satisfaire le besoin de circulation.
La réalisation des travaux provoqua une polémique au sein de la société du Second Empire. Certains trouvaient que ces travaux étaient magnifiques, qu’ils avaient fait de Paris une ville moderne, attrayante dont le centre était vivant et riche, et qu’ils étaient réussis et bénéfiques. Mais ce point de vue n’etait partagé presque qu’uniquement par les bourgeois et les « nouveaux riches » qui se sont enrichis grâce aux travaux par l’intermédiaire de la spéculation financière. Nous ne pouvons cependant pas renier que ces travaux sont une « œuvre » novatrice, bien que fortement inspiré de la ville de Londres en effet, les espaces verts et le système d’irrigation sont presque identiques dans les deux villes. Elle inspire la transformation du réseau urbain français par Eugène Hénard. Ces améliorations ont permis l’évolution des conditions d’hygiène de la villle . L’enrichissement de la bourgeoisie est à la base de l’augmentation industrielle et de la prospérité des banques et des crédits. Mais malgré ces conséquences positives, la majeure partie de la population conserve un apriori négatif de ces travaux, comme la classe ouvrière. Haussmann est aussi accusé d’avoir caché sous des préoccupations sociales et hygiéniques un projet essentiellement policier visant à faciliter la répression des manifestations et favorisant ainsi un régime autoritaire. Les dettes exorbitantes et la paralysie de Paris, pendant presque vingt ans dus aux travaux, sont également remis en cause.

Salomé D., Joran, Maissa TL / Younes, Anthony, Enzo 1L